dimanche 29 septembre 2013


  

On sent que les élections municipales approchent. La municipalité de Reims qui, par atavisme socialiste, pleure sur le petit voyou ( pardon, sur" le citoyen en difficulté avec la société", sur le "jeune"), sur le malfrat ( pardon, sur le citoyen tombé dans la délinquance) a confié à 9 agents municipaux la mission d'assurer unesurveillance urbaine de 19 à 3h30 du matin. C'est en effet mieux que rien.

Qu'on se rassure, il sont habitués à la médiation (le premier mode opératoire n'est pas la coercition ). De nos jours, avec le délabrement de l'Etat, des collectivités territoriales et de la société en général, on n'oblige pas, on ne sanctionne pas, on fait de la médiation, c'est à dire qu'on palabre, on négocie avec ceux qui ne respectent pas l'ordre public d'arrêter de le faire ou de le faire de façon moins violente.

Ces policiers ne remplacent pas d'ailleurs le dispositif mis en place en 2011; celui  des "ambassadeurs de la nuit", ces 23 jeunes volontaires en service civique dont la mission est:
- d'être " présents sur les principaux lieux animés la nuit, mobilisés pour la prévention des risques (alcoolisation excessive, nuisances sonores…)".
-"d’assurer une médiation entre les usagers de la nuit (consommateurs et professionnels) et les habitants, de recueillir les attentes des riverains et de leur remettre une fiche de contact destinée à signaler toute nuisance subie".
..................
Chaque fin de semaine (jeudi, vendredi et samedi, de 18 h à 23 h), une équipe de quatre Ambassadeurs se relaie pour sillonner la ville et les secteurs particulièrement animés le soir (....) pour (...) informer et les sensibiliser aux risques (alcool, bruit, drogues, IST…)......."

Le site de la ville précise que ces " Ambassadeurs ont reçu au préalable une série de formations en lien avec les organismes de prévention, les mutuelles étudiantes, les polices municipale et nationale, la Mission contre les discriminations".

C'est important, en effet,  les enseignements de la Mission discrimination pour ce type de travail!!!

Notons l'appellation à connotation particulièrement creuse, émasculée et politiquement correcte d' "ambassadeurs de la nuit". Un ambassadeur représente un Etat, voire par extension une autorité. On cherche vainement l'autorité de la nuit...

Plus que d' "ambassadeurs" qui vont discuter d'égal à égal avec ceux qui ne respectent pas la tranquillité, la sécurité des citoyens, on a besoin d'une présence policière musclée , armée et coercitive qui interpelle ceux qui ne respectent pas l'ordre, sanctionne, met ou fait mettre en garde-à-vue ceux qui  doivent l'être.

Assez de parlotes. Les pouvoirs publics y perdent de leur crédibilité auprès des voyous eux-mêmes. Ils méprisent les pouvoirs publics? comment s'en étonner?

Jean-Claude Philipot
Responsable du projet de la liste Reims Bleu Marine pour les municipales 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire