mardi 15 octobre 2013

L'Etat distribue des aides aux associations qui travaillent à la pensée unique et aux modifications sociétales profondes; annule des dettes de l'étranger, distribue des aides à des régimes aux mains de responsables qui s'enrichissent sur leur peuple; accueille tous les immigrants qui ont compris qu'une fois en France, on peut vivre et être soigné sans rien foutre ( et mieux que certains retraités). MAIS, il va maintenant faire des économies en versant moins de crédits aux collectivités locales:

Marylise Lebranchu, ministre de la réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique, Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé du budget et Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée chargée de la décentralisation ont annoncé lors du Comité des finances locales (CFL) les principales mesures qui seront inscrites dans le projet de loi de finances pour 2014 concernant les collectivités territoriales.
Ces dispositions traduisent les engagements pris par le Gouvernement dans le cadre du Pacte de confiance et de responsabilité entre l’Etat et les collectivités territoriales, rendu public par le Premier ministre le 16 juillet dernier.
Les collectivités locales participeront ainsi à l’effort de redressement des comptes publics, à travers la réduction de la dotation globale de fonctionnement (DGF) pour un montant de 1,5 milliard d’euros. Le Gouvernement a repris à son compte la proposition du Comité des finances locales d’un partage de l’effort de réduction au prorata des recettes des différentes catégories de collectivités.
En parallèle, le Gouvernement propose plusieurs dispositifs pour résoudre de manière pérenne les problèmes financiers rencontrés par les collectivités.
Les départements bénéficieront ainsi d’une compensation péréquée, qui garantira à compter de 2014 le financement du RSA, de la PCH et de l’APA. L’Etat leur transférera à ce titre la totalité des frais de gestion de la taxe foncière sur les propriétés bâties, évaluée à environ 830 millions d’euros, et leur donnera une marge de manœuvre concernant le tarif des droits de mutation à titre onéreux. Ce projet de loi de finances tire ainsi pour la première fois les conséquences du constat dressé notamment par la Cour des comptes, d’une inadéquation entre les ressources et les responsabilités qui sont celles des départements en matière de politiques sociales dans un contexte de crise. Le projet de loi de finances pour 2014 prévoit également de renforcer l’autonomie fiscale des régions en remplaçant 900 millions d’euros de dotations budgétaires figées par des ressources fiscales dynamiques. Par ailleurs, il améliore le barème de la cotisation foncière des
entreprises (CFE) minimum, prend mieux en compte les territoires industriels dans la répartition de la cotisation sur la valeur ajoutée économique (CVAE) et renforce la péréquation pour plus de justice dans le système fiscal local. Enfin, il apporte une réponse efficace au problème des emprunts toxiques contractés
par les collectivités.
Source : Ministères de l'Économie et de la Réforme de l'État -26 septembre 2013"

Les collectivités locales vont donc être appelées à serrer la ceinture et vont recevoir moins de l'Etat, alors que les lois de décentralisation ont transféré bien des charges...On ne peut pas leur donner ce qu'on dépense pour mener la folle politique d'immigration.


Il est vrai qu'avec un déficit budgétaire de 80,8 milliards fin juillet, 
Il y a encore de la marge et des coupes possibles à venir...On le rapprochera d' une récente étude ayant évalué le coût annuel de l'immigration à 84 milliards (http://www.polemia.com/84-milliards-cout-budgetaire-de-limmigration-selon-le-rapport-posokhow/),

Mais il est vrai aussi qu'au regard de la gabegie locale, des folles dépenses des nouveaux grands féodaux, très friands de luxe ou de réalisations flattant leur ego, une petite diminution de DGF va les forcer à faire:
- soit  quelques réductions de dépenses...dans quelles limites ( contraintes des engagement financiers, de l'amortissement de la dette, etc...)?;
- soit  des augmentations d'impôts et taxes ( UMP et PS savent faire...).

Jean-Claude Philipot
Responsable du projet de la liste Reims Bleu Marine 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire