jeudi 28 novembre 2013


L'union.
Des locataires à bout de nerfs
Publié le
Par M.-C.L.
"REIMS (51). Des portes qui claquent dans la nuit, des objets balancés du haut des toits, des cris, des aboiements et de la musique à toute heure. C’est le lot quotidien de certains locataires".

Et le même jour, numéro de  l'Express avec un article quelque peu dithyrambique en faveur de Mme Hazan. « Les chiffres de la délinquance sont en baisse depuis 2010 »? «  Un mouvement qui a été confirmé au premier semestre de 2013 ».

 Je serais intéressé de connaître les sources permettant de telles affirmations, mais il est vrai que lorsque la police n'enregistre pas les plaintes  ou lorsqu'elle essaye au moins de dissuader ceux qui veulent en déposer ( cela m'est arrivé il y a quelques années), lorsque ceux qui voudraient déposer lesdites plaintes réalisent qu'elles ne seront pas suivies d'effet ou que le malfrat sera relâché tout de suite et viendra demander « des comptes », ils abandonnent eux-mêmes...

On vit dans un système qui ne tient que par le mensonge, ce qui est le propre des états totalitaires, mais la vague monte. On ne l'arrêtera pas.

Jean-Claude Philipot
Directeur de campagne de la liste Reims Bleu Marine pour les municipales 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire