dimanche 1 décembre 2013

Journal " L'UNION"
Publié le 29/11/2013
Par Marie-Christine Lardenois

"REIMS (51). Des agences proposent aux entreprises rémoises le recrutement de travailleurs polonais ou roumains. Une solution légale pour embaucher en intérim, sans formalité, et à plus faible coût.
Vous recherchez souplesse, faibles coûts, qualité et légalité ? La solution pour vos recrutements : les travailleurs polonais et roumains en intérim. » Tel est le message reçu par fax la semaine dernière par des chefs d’entreprise rémois"(...)
                                             ______________________________________
Une situation que le Front national avait depuis longtemps dénoncée.

Une situation due à la suppression de nos frontières et à l'UE
Après la libre circulation des matières premières et des produits finis  à l'intérieur de l'Union européenne (UE), après la folle ouverture des  frontières mêmes de l'UE pour ces mêmes produits,  le libre transfert de salariés d'un pays à un autre sur des missions d'intérim dans des conditions  qui concurrencent injustement les salariés français. Une mise à plat de tout le dispositif est à réaliser.
-  permet à une entreprise étrangère détachant des salariés de ne dépenser que les  charges sociales pratiquées son  pays;
- favorise par ailleurs les pays n'ayant pas de salaire minimum , ou en ayant un  inférieur à celui pratiqué en France,  comme pays d'accueil de  salariés  venant de pays à la fois  à fort taux de chômage et au régime de protection sociale inexistant. C'est par exemple le cas de l'Allemagne pour ce qui concerne les abattoirs avec des salariés polonais et roumains .
 Voilà où nous mène l'UE à travers cette directive qui a  la prétention de protéger le salarié, mais, je le souligne ici,  prévoit à l'article 3 § 4  un régime dérogatoire aux conditions générales qu'elle édicte permettant une véritable exploitation  des salariés pour tout détachement inférieur ou égal à un mois.
Nous dénonçons ce système qui entretient une politique de bas salaires, y compris dans les pays d'où viennent ces  salariés intérimaires. Il y a d'autres moyens d'éviter les délocalisations (notamment par le rétablissement des frontières et des droits de douane avec une taxation particulière pour les marchandises venant de pays au niveau général de prix et de charges sociales très inférieurs à celui de la France).

Oui, l'homme est un loup pour l'homme. Un État indépendant,  ayant dès lors retrouvé ses compétences régaliennes, est nécessaire pour protéger le citoyen et la France.

Jean-Claude Philipot
Directeur de campagne de la liste Reims Bleu Marine pour les municipales menée par Roger Paris


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire