mardi 4 février 2014







Communiqué de presse de Roger Paris (4 février 2014)
Tête de liste Reims Bleu Marine

Un sondage fait pour le compte d'Europe1, publié le 4 février matin avant le débat du jour où je dois intervenir dans le cadre du Train des municipales de cette radio, donne pour le premier tour la liste UMP-Centre à 43 % des suffrages devançant la liste de gauche rassemblée autour d'Adeline Hazan ( 37%) et la liste Reims Bleu Marine supportée par le Front National que je conduis (13 %).
Il indique qu'au deuxième tour la liste Robinet-Vautrin passe avec 46 % face à celle d'Hazan ( 42%) et à la mienne ( 12%).
Ces résultats ne traduisent pas l'exacte réalité des intentions de vote : même certains adhérents me disent qu'au regard de la diabolisation du Front National non encore disparue ils ne déclareraient pas voter pour moi au cours d'un tel sondage où la confidentialité de la personne qui répond n'est jamais assurée. Réalisé, selon le journal Libération par appel téléphonique de 558 personnes, ce sondage a été fait sur un tout petit échantillon et dans des conditions qui ne permettaient pas d'assurer la confidentialité des réponses. Dans le secret de l'isoloir, les citoyens pourront mieux s'exprimer en fonction de leurs convictions fortes.
Par ailleurs, quand des revues comme le Point ou l'Express accordent un quart de page pour me présenter après interview et plusieurs pages au tandem Robinet-Vautrin et Hazan, quand France Bleu Champagne Ardenne organise un débat de lancement de campagne sans inviter le Front National, quand FR3 fait des émissions de ce type sans m'inviter, ces médias donnent l'impression qu'il n'y a localement de choix qu'entre le PS et l'UMP et ses alliés. Les médias privés sont dans les mains de quelques financiers qui font l'opinion. Les médias publics dans ceux du gouvernement. Les unes et les autres soutiennent des partis qui mènent la même politique depuis près de 40 ans ( immigration, libéralisation mondialiste des échanges, libéralisme économique débridé, politique monétaire sur une monnaie ne permettant pas de relancer l'économie nationale, introductions de réformes sociétales contraires à la nature …).
La campagne officielle n'est pas encore commencée. Peut-être d'ailleurs que les personnes sondées n'ont pas assez fait le lien entre mon nom et le Front National qui représente pour beaucoup l'espoir d'un vrai changement.
L'action sur le terrain n'est pour nous qu'à son début. Je proposerai aux Rémois de choisir une autre politique et de ne pas faire confiance à ceux qui ont ruiné la France au plan national et lourdement endetté la vielle de Reims.
Rien n'est joué. Rappelons-nous le 21 avril 2002, avec Jean-Marie Le Pen qui accède au second tour quand Jospin interrogé quelques jours avant se gaussait à la question d'un journaliste sur la possibilité qu'il aurait de ne pas y figurer.

Roger Paris,
Tête de liste Reims Bleu Marine soutenue par le Front National







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire